Category: Actualités VVR

Export : quelles opportunités saisir sur le marché chinois ? Interview de Camille Verchery pour le MOCI

Le grand export à destination de la Chine représente 2,3 milliards d’euros à saisir pour les exportateurs français.

La Chine, eldorado de la consommation avec ses 1,4 milliard d’habitants, ne consomme pas que des sacs à mains et des produits cosmétiques haut de gamme. Le pays figure aussi au premier rang des pays déposant des brevets. Dans son dernier baromètre, Euler-Hermes estime que le grand export à destination de la Chine représente 2,3 milliards d’euros à saisir pour les exportateurs français.

Avec ses 7,9% de croissance en 2021 (contre 2,3% en 2020) prévus par le Fonds monétaire international (FMI), la Chine continentale n’a pas fini de faire rêver les exportateurs français qui ne figurent pourtant qu’à la 15e place du classement des fournisseurs du pays et au 12e rang en ce qui concerne Hong Kong. « Certaines marques de luxe comme Burberry, Cartier etc. y réalisent jusqu’à 30% de leur chiffre d’affaires. Cette valeur a atteint jusqu’à 50% au plus fort de l’épidémie de Covid-19 », souligne Camille Verchery, fondateur de V.V.R. International, société de conseil et de services assistant localement les sociétés européennes dans leur développement industriel et commercial.

4 grands écosystèmes régionaux : Pékin, Shanghai, Canton, Hong Kong

Il se range aussi au premier rang mondial des dépôts de brevets et se positionne, par conséquent, comme un laboratoire pour les nouvelles technologies avec une acceptation forte et rapide du changement des usages. Ses besoins technologiques sont immenses, notamment dans les secteurs considérés comme prioritaires comme la microélectronique ou l’industrie du futur, tandis que la pression des problèmes environnementaux a favorisé l’essor de filières axées sur des énergies renouvelables.

Le pays dénombre en outre un milliard d’internautes, dont 872 millions d’utilisateurs de paiements électroniques. La Chine est le premier marché pour les télécoms et les smartphones au niveau mondial. L’économie numérique, qui y représente 40% du produit intérieur brut (PIB), repose sur quatre grands écosystèmes :

  • Pékin : R&D, labos, audiovisuel, télécoms, Internet, e-commerce ;
  • Shanghai – Hangzhou : télécoms, jeux vidéo, SSII, distribution, microélectronique, e-commerce ;
  • Canton – Shenzhen : télécoms, Internet, e-commerce, microélectronique, électronique ;
  • Hong Kong : logiciels, SSII, fintech et entreprises de services au sens large. A noter que Hong Kong a un système monétaire, financier, fiscal, réglementaire, sanitaire différent de celui de la Chine.

Les secteurs porteurs correspondent aux filières prioritaires suivantes : microélectronique ; IoT / hardware ; industrie du futur ; retail tech et e-commerce ; télécoms et internet ; SSII logiciels ; fintech ; industries culturelles et créatives (ICC) et jeux vidéos.

Le contexte géopolitique Chine vs Etats-Unis offre une fenêtre de tir favorable aux exportateurs européens, et en particulier aux entreprises françaises qui bénéficient d’une bonne image sur place. De nombreuses filiales françaises indiquent d’ailleurs avoir rattrapé des niveaux d’activité d’avant-crise, ce que confirme le baromètre export de l’assureur-crédit Euler-Hermes avec des importations chinoises 2020 supérieures à 2019 en glissement annuel.

Un terrain d’action unifié, un atout pour qui sait s’y prendre !

On insiste souvent sur le gigantisme de la Chine, à juste titre. Mais on oublie parfois un peu vite que ce gigantesque marché (1,4 milliard de consommateurs potentiels) offre un cadre unifié sur plusieurs points essentiels : on y parle le mandarin (92% de la population est d’origine Han). Une seule législation est déployée dans 22 provinces. Il y a un seul système d’appels d’offres. Idem pour le système de distribution. Des paramètres qui peuvent faciliter le déploiement d’une stratégie d’exportation dans ce pays, où il faut néanmoins éviter de commettre certaines erreurs rédhibitoires (ex : se précipiter et créer tout de suite une société sur place, au lieu de valider d’abord un marché grâce à une équipe locale légère), comme nous l’évoquions dans cet article.

« La Chine a une culture du jeu de go, les Chinois sont experts dans la gestion du mouvement. Pour y réussir, les capacités d’action doivent être au centre de la stratégie de développement »,

souligne Camille Verchery, fondateur de V.V.R. International, société de conseil et de services assistant les sociétés européennes dans leur développement industriel et commercial en Chine.

Un pays où la normalisation a progressé à pas de géants

Si la Chine a longtemps semblé en retard sur le sujet des normes, elle est aujourd’hui extrêmement active et fait partie de l’Organisation internationale de normalisation (ISO), de la Commission électrotechnique internationale (CEI) et de l’Union internationale des télécommunications (UIT). Les standards chinois ne cessent d’évoluer pour tendre vers les normes européennes. L’insécurité alimentaires créée par les nombreux scandales sanitaires de l’industrie agroalimentaire nationale (ex : lait à la mélanine) ont favorisé les marques européennes qui ont une image de produits sains et sécuritaires auprès des consommateurs. Le système de santé s’améliorant, la demande pour les produits médicaux et paramédicaux est en forte hausse. Le pays ne possédant pas encore toutes les compétences nécessaires dans le domaine, il sollicite les marques européennes réputés fiables pour équiper ses nouveaux hôpitaux. Le marché de l’équipement médical en Chine représentait une somme de 107 milliards d’euros en 2020 soit 20% du marché mondial.

La Chine, premier pays pour l’investissement dans le développement durable

Le plan Energy Revolution Strategy du gouvernement chinois pour 2030 comprend une réduction de 60% des émissions de CO2 par rapport aux niveaux de 2005. Le gouvernement subventionne massivement les systèmes de production verts. Rien qu’en 2019, le gouvernement chinois a investi 87 milliards de dollars dans les énergies renouvelables sur les 282 milliards de dollars investis dans le monde. En septembre 2020 la Chine a dévoilé un plan d’investissement sur 30 ans de 15 milliards de dollars. D’ici 2050, les énergies vertes devraient représenter plus de 50% de la consommation d’électricité et à l’horizon 2060 elle devrait atteindre la neutralité carbone. Pour tenir ces plans ambitieux le gouvernement incite les sociétés étrangères à investir dans les énergies renouvelables en Chine.

Focus sur le photovoltaïque et les batteries lithium-ion
Bien que la capacité installée annuelle photovoltaïque ait diminué en 2019, la capacité installée cumulée se classe toujours au premier rang mondial. Sur la période correspondant au 14e plan quinquennal (2021-2025), la capacité installée annuelle moyenne nationale devrait tourner entre 70 et 90 GW selon les estimations établies par la China photovoltaic industry association. En 2019, la production mondiale de panneaux photovoltaïques était de 5,52 millions de m2, 90% du verre photovoltaïque étant fabriqué par la Chine. Les cellules photovoltaïques sont un élément clé de l’industrie photovoltaïque. En 2020, les dix principales provinces productrices de cellules photovoltaïques sont le Jiangsu, le Zhejiang, l’Anhui, le Shaanxi, le Sichuan, le Jiangxi, le Hebei, le Shanxi, le Guangxi et le Guangdong. La valeur d’exportation des cellules photovoltaïques est de 23,4 milliards de dollars en 2020.

En 2020, la capacité installée mondiale de batteries est d’environ 136,30 GWh. Les entreprises du Top 10 dans ce domaine comprennent 6 entreprises chinoises de batteries : CATL, BYD, CALB, Vision AESC, Gotion et EVE qui occupent 41,1% du marché total. CATL est la première entreprise au monde depuis 4 années consécutives. En 2020, la capacité installée de batteries d’alimentation en Chine était de 63,6 GWh au total, dont 38,9 GWh de batteries à 3 éléments soit 61,1% du total, et 24,4 GWh de batteries au lithium fer phosphate, soit 38,3% du total. Les dix principales provinces et villes en 2020 étaient le Guangdong, le Jiangsu, le Fujian, le Henan, le Hubei, le Sichuan, le Jiangxi, Tianjin, l’Anhui et Chongqing. Les exportations de batteries au lithium-ion n’ont cessé d’augmenter de 2017 à 2020. En 2020, la valeur des exportations était de 18,43 milliards de dollars.

Un article rédigé par Emmanuelle Serrano, à découvrir en intégralité directement sur le site du MOCI 

Read More
Comment la medtech PhysioAssist part à la conquête de la Chine (Le MOCI)

Comment la medtech PhysioAssist part à la conquête de la Chine (Le MOCI)

Après deux levées de fonds en 2016 et 2017, PhysioAssist, entreprise spécialisée dans les appareillages médicaux respiratoires pour le traitement de pathologies chroniques pulmonaires, s’attaque au marché chinois en s’employant à franchir une première étape déterminante : celle des essais cliniques précédant la phase d’enregistrement de ses équipements.

La Chine représente un marché gigantesque pour la société et sa machine phare le Simeox. La cohorte potentielle de patients est estimée à 100 millions de personnes en raison du tabagisme et de la pollution urbaine chronique.

Fondée en 2012, la société a déjà complété deux levées de fonds organisées coup sur coup en 2016 et 2017. Si Mérieux Equity Partners est le plus important actionnaire de PhysioAssist, c’est Sham Innovation Santé, fonds de capital-risque à caractère évolutif, conseillé par Turenne Capital, qui a été le premier à investir dans la société présidée par Anne Reiser, ancienne présidente d’Emea-Apac-Japan chez ResMed Inc. et dirigée par Adrien Mithalal, ingénieur diplômé de l’ESIEE Paris et de l’ESSEC Business School et spécialiste du développement de dispositifs médicaux.

Au cours de ses 9 ans d’existence, la société basée à Aix-en-Provence a aussi su attirer des investissements de la part de CAAP Création, l’un des fonds d’investissement de Crédit Agricole Alpes Provence, de Banque Populaire (groupe BPCE) ainsi que de la Région Sud investissement, fonds d’investissement de la région Paca, également conseillé par Turenne depuis 2010.

PhysioAssist n’est plus la microstructure que Bpifrance et ses investisseurs ont aidée à obtenir le marquage CE à ses débuts. Elle emploie désormais 95 personnes et exporte dans 15 pays d’Europe et du Moyen-Orient. Elle ne communique malheureusement pas sur son chiffre d’affaires pour des raisons de confidentialité exigées par ses actionnaires. Mais la volonté de croissance à l’international de la jeune entreprise montre que le produit Simeox n’a pas épuisé ses marchés applicatifs et que les résultats opérationnels sont bien orientés à la hausse.

Des autorités chinoises très attentives aux essais en laboratoires

Le génome de la population chinoise ne comporte pas le gène de la mucoviscidose dont le traitement peut faire intervenir les appareils de PhysioAssist. Ceux-ci servent par exemple à liquéfier le mucus directement dans les bronches, notamment pour les patients atteints de mucoviscidose ou de BPCO (bronchopneumopathies chroniques obstructives).

En revanche, les pathologies liées à l’exposition à un environnement pollué constituent un problème de santé chronique que les autorités sanitaires devront prendre à bras le corps.

« Le marquage CE est un sésame pour accéder aux marchés domestiques de nombreux pays en Europe. Mais le Brésil, les Etats-Unis et la Chine se réfèrent à d’autres systèmes. Nous avons donc développé une preuve de concept marché en 2018 et, en 2020, nous avons décidé de partir à la conquête de ces nouveaux marchés », explique Adrien Mithalal.

Pour approcher le marché chinois, PhysioAssist a dû repartir de zéro et relancer les batteries de tests déjà faits en Europe, la Chine étant particulièrement regardante sur les essais en laboratoires. «Même si ces essais ont déjà été conduits en Europe en appliquant des standards internationaux, le ministère de la santé et du bien-être chinois a des exigences spécifiques qui conduisent à mener localement de nouveaux essais en laboratoire», ajoute le directeur général.

Se faire accompagner au lieu de partir à l’aveuglette

Des essais cliniques sont ainsi en cours à l’hôpital de Shanghai. Une fois cette étape franchie, l’enregistrement du Simeox devrait prendre encore un semestre environ au fabricant aixois. Le développement du volet distribution est travaillé en parallèle.

Pour cette société, la Chine constitue un vrai millefeuille en termes de distribution avec son réseau et ses sous-réseaux. C’est un peu comme s’attaquer à l’équivalent d’une dizaine de pays en un seul. C’est la raison pour laquelle PhysioAssist a choisi de se faire accompagner par le cabinet VVR International, société de conseils et de services spécialisée dans l’accompagnement des sociétés européennes dans leur développement industriel et commercial en Chine.

« L’idée est de s’appuyer sur eux pour sécuriser notre projet à l’export sur le marché chinois pendant les 4 ou 5 premières années. Ils pourront même nous aider sur le recrutement de salariés sur place par la suite. Ils ont déjà les bons réseaux notamment auprès des key opinion leaders (KOL) du secteur scientifique », déclare Adrien Mithalal qui réfléchit aussi au marché nord-américain.

Cette destination réservera aussi son lot de difficultés au jeune patron trentenaire, notamment celles liées aux questions réglementaires et juridiques. Le recours à un cabinet spécialisé dans l’enregistrement des dispositifs médicaux auprès du régulateur américain (FDA) sera un passage obligé. Et probablement coûteux…

Emmanuelle Serrano

Voir cet article directement sur le MOCI

Visiter VVR Medical

Read More
5 conseils pour réussir son business en Chine, Interview de Camille Verchery pour le MOCI

5 conseils de Camille Verchery, fondateur et dirigeant de VVR International, pour réussir votre business en Chine dans le dernier article du MOCI.

De 2019 à 2020, la Chine a vu son PIB par habitant dépasser les 10 000 dollars pendant deux années consécutives. Les dépenses de consommation ont représenté 53,4% du PIB de 2011 à 2019 en moyenne, et 54,3% en 2020. Quant au marché de la consommation (ventes au détail et consommation de services), il atteindra 7 000 milliards de dollars d’ici 2022, dépassant les États-Unis en tant que plus grand marché de consommation au monde. Mais qui veut faire du business dans cet Eldorado asiatique, doit se garder de faire certaines erreurs. En voici cinq à éliminer séance tenante !

Aller dans ce pays sans une compréhension approfondie et précise de la concurrence locale et étrangère ou bien encore signer des accords et partenariats de distribution, sans comprendre son partenaire chinois font souvent partie des erreurs fatidiques les plus fréquemment commises par les entrepreneurs français en Chine.

Si vous ne connaissez pas les compétences de votre business partner, la façon dont son business model s’articule, l’écosystème particulier dans lequel il évolue, vous ne mettez pas toutes les chances de votre côté. Il faut bien être conscient du fait que le businessman chinois vous raconte une histoire et qu’il faut aller au-delà de ce storytelling pour comprendre ce qui est effectivement en jeu dans la relation contractuelle entre votre société et la sienne

… explique Camille Verchery, fondateur de V.V.R. International.
Créée en 1999, cette société de conseil et de services assiste les sociétés européennes dans leur développement industriel et commercial en Chine.

Autre mauvais réflexe à chasser bien vite : ne pas s’investir soi-même. Si vous voulez développer votre marque, il va falloir le faire en personne, votre distributeur ne le fera pas à votre place. Comme faire remonter les dividendes dans le cadre d’une joint-venture, cela ne se fera pas tout seul.

Il faut que la PME anime et contrôle (voire intègre) son marketing, sa production et sa supply chain, afin de garder le rapport de force de son côté.

Il est souvent plus prudent d’engager un expert que de recruter un salarié sur place.

« Les patrons de PME se disent souvent : Plutôt que m’appuyer sur des consultants externes, je vais embaucher quelqu’un en local et m’appuyer sur lui pour faire monter mon organisation en compétences. Or, c’est fréquemment un calcul erroné car un cabinet comme le nôtre par exemple a eu à surmonter des centaines de fois les mêmes obstacles à l’échelle locale donc nous sommes plus rapides, plus polyvalents et finalement moins coûteux qu’une personne qui devra s’occuper de tout », observe Camille Verchery.

Enfin, il est avisé de ne pas se précipiter pour monter une société sur place. La note peut vite s’avérer salée, dans la mesure où on ne peut pas prêter une somme supérieure à 30 % du capital de la filiale.

Les entreprises qui cherchent à faire du business en Chine brûlent beaucoup de cash au début (salaire, développement, gestion du BFR, etc.). Elles ont vite fait de dépenser l’équivalent de 200 à 250 000 euros. Par conséquent, la recapitalisation revient vite. Sans oublier les retenues à la source sur le rapatriement de dividendes vers la holding ou société mère.

Mieux vaut valider son marché et se limiter à une équipe d’une à quatre personnes en portage salarial, par exemple, pour atteindre le point mort. Certaines fonctions peuvent être partagées ou externalisées chez le logisticien ou chez l’importateur,

conclut l’expert.

Cinq erreurs à ne pas faire

Au total, cinq erreurs sont à éviter, selon le consultant :

  1. Aller en Chine sans comprendre la concurrence domestique ou étrangère installée localement ;
  2. Signer des partenariats de distribution sans comprendre le fonctionnement de son partenaire dans le pays (business model, écosystème, mindset culturel, etc.) ;
  3. Ne pas s’investir soi-même et se reposer sur un distributeur pour développer sa marque ou la joint-venture créée pour voir remonter les dividendes ;
  4. Ne pas acheter du conseil dans une phase initiale de développement et recruter d’emblée sur place ;
  5. Se précipiter et créer tout de suite une société sur place au lieu de valider d’abord un marché grâce à une équipe locale légère (ex : externalisation de fonctions chez logisticien ou importateur).

Emmanuelle Serrano, pour le MOCI

Read More
20 oct. 2021 : webinar “Y a-t-il une place pour les start-up régionales en Chine ?”

Sirena Start-up et la région Nouvelle-Aquitaine vous proposent un webinaire gratuit, ouvert à toutes et à tous sur le thème des start-up régionales en Chine.

Le mercredi 20 octobre 2021, à 9h30 (Zoom)

À cette occasion, Camille Verchery CEO de VVR International et Emmanuel Pollet Directeur des bureaux Business France Wuhan & Chengdu vous apporteront leur expertise sur le développement des affaires en Chine.

Programme détaillé du webinar “Y a-t-il une place pour les start-up régionales en Chine ?”

– 9h30-9h35 : Accueil et introduction
– 9h35-10h05 : Faire des affaires en Chine en 2022 : table ronde d’experts (Camille Verchery CEO VVR international et Emmanuel Pollet directeur bureaux Business France Wuhan)
– 10h05-10h30 : Retex entreprises ayant réussi leur développement en Chine
– 10h30-10h45 : Réussir son développement en Chine : mettre en place un partenariat capitalistique, faire une levée de fonds, identifiers les secteurs prioritaires, prérequis, conditions, soutiens existants…

Inscription

 

Read More
7 oct. 2021 : RDV pour BIG, l’evènement de BPI France à l’Accor Arena

Big fait son grand retour pour sa 7e édition. VVR International y interviendra! Inscrivez-vous dès maintenant pour participer au plus grand rassemblement business d’Europe.

Big fait son grand retour pour sa 7e édition. Inscrivez-vous dès maintenant pour participer au plus grand rassemblement business d’Europe:

  • Créateurs d’entreprises, grands groupes, startuppers, TPE, PME, ETI…
  • 400 ateliers, conférences et masterclass
  • Une journée pour comprendre les enjeux de demain et les tendances technologiques
  • Un gigantesque espace de networking pour développer son business et son réseau.

 

Programme complet et inscription gratuite

A l’occasion de ce grand rassemblement, VVR international vous donne Rendez-vous sur la conférence :

Comment innover en misant sur la Chine ? (Stratégie FUSAC)

Le jeudi 7 oct. 2021, de 14h25 à 14h55

Comment les entreprises françaises misent sur des partenariats capitalistiques avec des entreprises chinoises pour innover ? Comment se préparer et quelle méthodologie adopter (Acquisition ? Investissement ? Joint-Venture en France ? Licensing ?…) ? Focus sur des cas pratiques, le témoignage d’une PME Française et surtout des recommandations pour réussir ses investissements dans l’innovation en Chine.

Vos intervenants :

  • Camille VECHERY, CEO, VVR International
  • Stéphane PIERI, CEO, ID SUD Energie – HEHUA France

Infos et inscription

Read More
5 > 14 oct. 2021 : Les Rendez-vous Team France Export

VVR International, membre de l’OSCI, co-organise 4 webinars gratuits et ouverts à tous dans le cadre de la quinzaine de l’export organisée par Team France Export.

La Team France Export Auvergne Rhône-Alpes organise, du 5 au 14 octobre 2021 “la quinzaine de l’export“. Dans ce cadre, VVR International, membre de l’OSCI (fédération des entrepreneurs du commerce international), co-organise :

4 webinars thèmatiques

#TFEAURA

Repensez votre sourcing et votre supply chain en Asie

Le mardi 5 octobre 2021, de 11h à 12h

Le COVID, le frêt, la politique sociale chinoise, la décarbonation… des facteurs qui accroissent les risques et pousse à un approvisionnement différent, parfois plus court.

  • Quelles sont les grandes tendances, quelles sont les recommandations courts termes ?
  • Quels sont les pays qui vont gagner, quels sont les industries qui vont être impactées sur le long terme ?

Lors de ce Webinar, Les experts de l’OSCI de la Chine et de l’Asie du Sud-Est vont remonter les informations terrains qu’il ont collectées et présenter les best practices qu’ils observent.

  • La Chine : les tendances, la réalité des chiffres et les best practices
  • L’Asie du Sud Est : les tendances, les opportunités et les best practices

Vos intervenants :

Camille Verchery, Fondateur et dirigeant de VVR International, société de conseils spécialiste du développement industriel et commercial des sociétés européennes en Chine. VVR depuis plus de 21 ans a accompagné plus de 850 clients, tous secteurs confondus.

Zacharie Blondeau, Directeur Sourcing chez Source of Asia. Depuis Ho Chi Minh Ville, au Vietnam, nous avons pour mission de saisir les opportunités offertes par la région de l’ASEAN pour faire de votre internationalisation une réalité. Nous agissons en tant que relais local de confiance et permettons à nos clients de se déployer sur le terrain et d’accroître leurs activités au Vietnam, en Asie du Sud-Est et au-delà.

S’inscrire à ce webinar

Dernières évolutions et opportunités pour les entreprises françaises du secteur médical, Focus Allemagne et Chine

Le mercredi 6 octobre 2021, de 10h à 11h

Outre le contexte post-pandémique, l’importance croissante de la silver economy en Allemagne ainsi que plusieurs changements majeurs en matière réglementaire et assurantielle en Chine, ouvrent de nouvelles portes aux entreprises françaises. C’est le moment parfait pour les découvrir !

Vos intervenants :

  • Irénée Robin, Expert Chine, Directeur de VVR Medical
  • Myriam Debes, Experte Allemagne, Responsable Villafrance Lyon

S’inscrire à ce webinar

(Le lien du webinar vous sera envoyé 72h avant l’évènement)

L’e-commerce en Chine

Le mercredi 6 octobre 2021, de 14h à 15h

En Chine, il existe plus de 855 millions de cyber-acheteurs pour 1.4 milliards d’habitants chinois, en une heure venez découvrir les spécificités et les dernières évolutions de ce marché potentiel pour les entreprises françaises.

Vos intervenants :

  • Chloé BERNDT, Directrice associée de VVR International depuis 13 ans
  • Stéphanie CHONG, Chef de projets senior chez VVR International depuis 5 ans

S’inscrire à ce webinar

Atelier : Exportation Collaborative

Le mardi 12 octobre 2021, de 15h à 16h

Durant cet atelier d’une heure, venez découvrir l’exportation collaborative, une nouvelle manière d’exporter en mutualisant ses forces et ses ressources.

  • Pourquoi un groupement export ?
  • Le process de création d’un groupement
  • Exemples de réalisations

Vos intervenants :

  • Anne Martel-Reison, Fondatrice d’EOC International en 2001, en charge du développement commercial, des montages de projets, et de la stratégie internationale des clients accompagnés. EOC INTERNATIONAL c’est plus de 20 ans d’expérience ; 5 continents couverts ; Des experts de l’international à votre service
  • Camille Verchery, Fondateur et dirigeant de VVR International, spécialiste du développement industriel et commercial en Chine – 21 ans d’expérience – plus de 850 projets – 80 collaborateurs

S’inscrire à ce webinar

Read More
Les 6 et 7 juillet 2021, participez à l’UEIE à Marseille

Au programme de cette édition de l’Université d’Eté de l’Internationalisation des Entreprises : “Exporter en 2021-2030 : la nouvelle donne”

L’Université d’Été de l’Internationalisation des Entreprises (UEIE) est le rendez-vous annuel dédié au perfectionnement de la pratique du commerce international.

​Pour sa troisième édition, entreprises et acteurs du commerce international se réuniront à Marseille pendant 2 jours autour du thème :

« Exporter en 2021-2030 : la nouvelle donne »

​L’objectif est de réfléchir ensemble aux moyens de profiter du rebond post-crise qui se dessine déjà sur de nombreux marchés : comprendre la nouvelle topographie des marchés, secteurs et modes de distribution ; et adopter les nouvelles pratiques du développement international.

​En effet, toute crise rebat les cartes. Celle-ci en particulier modifie les pratiques du commerce international et nous oblige à nous transformer pour profiter des nouvelles opportunités à l’international de la décennie 2021-2030.

  • Sur quels terrains se jouera la croissance 2021-2030 ?
  • Quelles sont les nouvelles dynamiques des marchés ?
  • Quels seront les facteurs clefs de succès pour tirer parti de la croissance 2021-2030 ?
  • Comment transformer son entreprise pour gagner dans la compétition mondiale ?

MODALITES PRATIQUES

  • Date: mardi 6 et mercredi 7 juillet 2021 (du 6 juillet 14h au 7 juillet 14h)
  • Lieu : Villa Gaby, 285 Corniche Président John Fitzgerald Kennedy, 13007 Marseille
  • Inscription à partir du 10 mai, en ligne sur le site www.ueie-marseille.com
  • Hôtel non inclus
  • Participation: 250 EUR HT, incluant plénières, ateliers, dîner et soirée le mardi 6 juillet, déjeuner le mercredi 7 juillet.
  • L’UEIE se déroulera dans le respect du protocole sanitaire en vigueur pour les événements

L’événement se tiendra à la Villa Gaby à Marseille, où les participants pourront partager leurs expériences dans les ateliers et s’enrichir des expériences de professionnels durant les plénières. Les équipes de VVR International, partenaire actif de l’OSCI seront présentes à cette occasion.

Accès direct au site de l’évènement – Contacter l’équipe VVR International

Read More
L’expertise VVR International dans le dossier “e-commerce” du MOCI

A découvrir dans les kiosques en ce mois de mai 2021

Retrouvez VVR International dans l’édition du MOCI présente en kiosques ce mois-ci, dans le “dossier e-commerce”, ou directement en ligne sur le site du MOCI.

Vous pourrez notamment y retrouver l’expertise de Chloé Berndt dans l’article dédié à l’e-commerce chinois.

Télcharger cette page en pdf

Vous souhaitez comprendre et envisager une présence sur le e-commerce en Chine ? VVR International se tient à votre disposition pour échanger sur votre projet, et partager avec vous son expertise et ses 22 ans d’expérience dans l’implantation et le développement commercial en Chine.

Contactez-nous!

Read More
Le 29 juin 2021, participez à “Back to Export”, une journée croissance et export

Un evènement à ne pas manquer, ouvert à tous, gratuit, organisé par le Medef International, Stratexio et l’OSCI

Le 29 juin prochain, Medef International, Stratexio et l’OSCI (dont VVR International est un partenaire actif et engagé), sont heureux d’organiser une Journée Croissance et Export destinée aux membres de leurs réseaux respectifs et plus largement aux entreprises françaises.


Cette journée de relance est concentrée autour d’un objectif commun :
Gagner et sécuriser des parts de marché à l’international !

Au-delà des perspectives et tendances export qui seront présentées durant la matinée par des invités de renom, l’après-midi sera consacrée à des temps d’échanges avec des entrepreneurs qui témoigneront de leurs stratégies gagnantes à l’export et des innovations mises en place pour rebondir dans cette période. Cette Journée riche en échanges et retours d’expérience est à ne pas manquer !

Vous êtes tous invités à participer et faire de cet évènement un succès ! Partagez cette information avec vos clients, prospects et réseaux, vous leur offrirez une belle occasion de partages sur les perspectives export !

L’évènement sera animé depuis les locaux de Medef à Paris et retransmis par visio conférence. Participation gratuite.

Inscription

 

Un evènement organisé par :

Programme détaillé de la journée :

Read More
Opportunités et retours d’expérience en Zone APAC, Newsletter OSCI

Dans sa newsletter “La Lettre de la zone APAC” adressée en avril 2021 à ses adhérents, l’OSCI donne la part belle aux opportunités et retours d’expérience…

Parmi les opportunités et retours d’expérience cités dans cette Newsletter riche en information, nous vous proposons de découvrir le volet consacré au retour d’expérience de VVR International, qui a accompagné la société CELSIUS dans son développement en Chine. Un accompagnement qui a permis à Celsius de négocier un transfert de technologies ainsi qu’une licence pour la fabrication en Chine.

 

CELSIUS  est spécialisé dans les équipements permettant de contrôler la température des fluides lors de réactions chimiques. La société vend environ 10 équipements par an.

Notre client a d’abord signé un partenariat exclusif avec un distributeur en Chine qui s’est révélé décevant, lié par une clause d’exclusivité. Grace à VVR et leur savoir-faire ils ont trouvé des solutions, mis en place une stratégie et négocié un transfert de technologie ainsi qu’une licence pour la fabrication en Chine.

En 2 ans, grâce aux licences, Celsius a vendu une vingtaine d’équipements et de nombreuses commandes sont en cours de négociation.

Consulter la newsletter OSCI, Les voix du monde

 

En savoir plus sur l’OSCI, les entrepreneurs de l’international

Read More