Category: Actualités du marché chinois

L’Intelligence Artificielle (I.A.) dans le secteur de la santé en Chine

Actuellement, l’investissement dans l’IA dans le secteur de la santé en Chine est classé premier au monde, et la qualité de la recherche est parmi les trois premières.

La Chine a commencé à développer la recherche dans le domaine de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé au début des années 80.

Avec le vieillissement rapide de la population, l’augmentation des maladies chroniques, la pénurie de ressources médicales de qualité et l’augmentation des dépenses médicales publiques, l’application de l’IA dans le secteur de la santé en Chine a apporté une nouvelle direction de développement et une nouvelle motivation dans le domaine médical.

Actuellement, l’investissement dans l’IA dans le secteur de la santé en Chine est classé premier au monde, et la qualité de la recherche est parmi les trois premières.

L’I.A. dans l’imagerie médicale

C’est l’une des applications les plus courantes de l’IA dans le secteur de la santé en Chine, notamment dans l’acquisition et du traitement d’images à l’aide de l’analyse, à la planification du suivi, le stockage de données, etc. Actuellement, c’est le 2e segment de marché des applications médicales de l’IA en Chine, les experts prévoient que ce secteur connaîtra un taux de croissance de plus de 40% et atteindra une valeur de 2,5 milliards de $ en 2024.

Actuellement, l’IA dans les produits d’imagerie médicale est surtout utilisée pour le dépistage des maladies, en particulier du cancer et des maladies chroniques. La plupart des produits d’IA en imagerie médicale conçus en Chine sont en phase d’essai dans les hôpitaux, et les sociétés qui les développent n’ont pas encore réalisé de bénéfices.

En 2017, Tencent a lancé AIMIS (觅影), un service d’imagerie médicale de diagnostic alimenté par l’IA. Cette technologie de santé en Chine a actuellement un taux de précision de plus de 90 % pour les diagnostics préliminaires de cancer de l’œsophage, de 95 % pour la sarcoïdose pulmonaire et de 97 % pour la rétinopathie diabétique.

Compte tenu de ce contexte, les développeurs européens en matière d’IA appliquée à l’imagerie médicale sont particulièrement bien positionnés pour prendre pied rapidement sur le marché chinois, particulièrement sur certaines applications de niche à même de résoudre les difficultés de diagnostic précoce et de dépistage rencontrées par les praticiens.

L’I.A. dans le diagnostic auxiliaire

L’IA permet de normaliser et structurer les dossiers médicaux ainsi que d’utiliser la reconnaissance et la synthèse vocales pour traiter de grandes quantités de texte. De plus, l’IA donne lieu à la création d’assistants virtuels pouvant aider les médecins à répondre à des demandes basées sur une grande quantité d’informations et de données, par exemple autour d’une maladie spécifique, ce qui leur permet de gagner du temps et de l’énergie.

Généralement, les sociétés d’IA du secteur de la santé en Chine coopèrent avec les hôpitaux pour continuellement créer des nouvelles modélisations et optimiser les algorithmes grâce aux données des dossiers médicaux. Les hôpitaux peuvent souvent utiliser ces produits gratuitement. À l’avenir, lorsque ces produits seront plus développés, ces sociétés pourraient être enclines à adopter un modèle de souscription pour ces services.

Au vu des spécificités locales, les opportunités pour les sociétés françaises dans ce secteur particulier nous semblent limitées.

Dernièrement, l’IA joue un rôle primordial dans la robotique médicale chinoise. Ces robots comprennent principalement : des assistants chirurgicaux (robots orthopédiques et neurochirurgicaux), des robots d’examen et de diagnostic gastro-intestinaux (endoscopes à capsules, traitement de diagnostic par gastroscope etc.), des robots d’aide à la rééducation et d’autres robots de traitement médical (configuration intelligente de médicaments par perfusion intraveineuse). Les entreprises chinoises de robotique mènent leurs activités principalement en vendant des robots aux hôpitaux et en fournissant des services de maintenance à long terme.

EXEMPLE : Airdoc est une entreprise chinoise spécialisée en IA dans le diagnostic en pleine croissance. Elle a mis au point un système basé sur l’IA qui permet de reconnaître les signes de nombreuses maladies chroniques du fond de l’œil grâce à des images de la rétine, à l’arrière de chaque globe oculaire. Cette technologie a été hautement reconnue par la communauté internationale et a été déployée de façon bénévole dans certains pays d’Afrique au nom de la Chine.

La France bénéficie d’un réel savoir-faire en la matière, et toute innovation disruptive en matière de robotique chirurgicale, de diagnostic et de traitement a de grandes chances de susciter un vif intérêt, tant auprès de la communauté médicale que des distributeurs chinois de telles technologies.

L’IA dans la conception de médicaments

La conception de médicaments est un processus notoirement long et coûteux. L’IA peut grandement réduire ces deux facteurs, notamment grâce à l’identification des molécules cibles ou encore la sélection de composés chimiques efficaces en se basant sur une grande quantité de données pour générer des médicaments hypothétiques.

En Chine, les sociétés d’IA ne conçoivent pas de médicaments mais fournissent des services techniques aux institutions médicales ou aux grandes entreprises pharmaceutiques. La tendance chez ces dernières est de rechercher des opportunités de coopération ou d’investissement avec les entreprises de technologie d’IA pour utiliser leurs bases de données massives.

Accutar Biotechnology est une entreprise pharmaceutique chinoise spécialisée dans la conception de médicaments qui a levé 15 millions de $ de financement en 2017. La société utilise l’IA pour expliquer la nature physique et chimique des systèmes biologiques et les exploiter pour accélérer la conception de médicaments.

Le processus d’entrée sur le marché chinois pour les acteurs de ce domaine nous paraît long et aléatoire, notamment en termes de retours financiers attendus. Nous préconisons donc d’attendre que l’environnement local gagne encore en maturité.

L’IA dans la gestion de la santé

La collecte massive de données à grande échelle est une condition préalable nécessaire au développement de la gestion de la santé en Chine. Du point de vue technologique, l’IA peut rendre possible une gestion personnalisée de la santé grâce à des calculs efficaces et à une analyse décisionnelle précise. À l’avenir, les nutritionnistes et les experts sportifs pourraient élaborer des plans d’intervention précis basés sur un tel système intelligent.

La quantité actuelle d’appareils intelligents portables en Chine n’est pas assez élevée, et l’accumulation de données sur les maladies est insuffisante. Par conséquent, la principale application de l’IA dans la gestion de la santé en Chine se concentre sur les maladies chroniques (telles que le diabète et l’hypertension), la santé mentale et le suivi de la grossesse. Son fonctionnement est principalement basé sur l’examen physique, y compris l’évaluation et la promotion de la santé publique. Toutefois, les services de suivi de la gestion de la santé n’ont pas encore été pleinement popularisés.

Ce domaine des « wearables » couplé à des algorithmes d’IA représente donc une très bonne opportunité, avec retour sur investissement rapide (notamment eu égard aux simplifications réglementaires en cours d’implémentation à la NMPA), pour les innovateurs français et européens ambitieux à l’export.

L’IA dans la prévention des maladies

En Chine, dans ce domaine, l’IA est principalement utilisée dans le séquençage et la détection des gènes pour prévoir l’apparition des maladies grâce aux tests génétiques. Cependant, ces tests ne sont pas faciles à mettre en œuvre. Tout d’abord, la quantité de données sur le génome est énorme et les expérimentations manuelles prennent beaucoup de temps et de main-d’œuvre. De plus, le séquençage traditionnel des gènes coûte trop cher. Enfin, l’algorithme de diagnostic par séquençage des gènes est encore relativement inefficace et peu précis.

Ces points faibles devraient être tempérés par le développement des superordinateurs ainsi que l’expansion du marché. De 2007 à 2016, les recettes de la Chine provenant du séquençage de gènes ont augmenté de 62,2 % par an en moyenne, pour atteindre 5,06 milliards de ¥ en 2016 ou 620 millions d’€. On estime que d’ici 2022, le marché chinois du séquençage de gènes devrait atteindre environ 30 milliards de ¥ ou 3,67 milliards d’€.

Les acteurs chinois sur ce marché ont à présent atteint une taille critique qui leur permet d’une part de réaliser des économies d’échelle (et donc de diminuer le coût des tests et plates-formes génomiques), d’autre part d’être très bien dimensionnés pour accueillir de nouveaux tests développés par les innovateurs français et européens. Ils représentent donc des partenaires potentiels de choix, à même de soutenir efficacement, et sur le long terme, l’entrée sur le marché des entreprises du domaine.

Grâce à notre filiale VVR Medical proposant un panel complet de services d’accès au marché chinois aux innovateurs européens du monde de la santé, nous pouvons vous aider à saisir ces nouvelles opportunités afin de sécuriser et pérenniser votre développement en Chine.

VVR International répondra à vos interrogations afin de vous aider au mieux dans votre projet. Contactez-nous !

Télécharger ce dossier en pdf

Sources : Daxue Consulting, CB Insights, China Briefing, Nikkei Asian Review, recherche propriétaire VVR Medical

Read More
L’impact du Covid sur le secteur cosmétique en Chine

Bien qu’il soit un peu tôt pour mesurer la relance du secteur des cosmétiques en Chine, on peut observer une tendance à la reprise : les ventes de produits cosmétiques continuent d’augmenter depuis mars-avril.

Le secteur des produits cosmétiques en Chine a subi un ralentissement de 11,6% en mars par rapport à la même période en 2019. Par exemple chez Estée Lauder, les ventes de maquillage ont particulièrement souffert, en diminuant de 22% par rapport à l’année passée. A contrario, les ventes de masques de beauté ont explosé, atteignant 2,2 milliards de yuans (268,3 millions d’euros) sur Taobao et Tmall en mars.

Selon un rapport de Luxury Insight de Juin 2020, les ventes au détail des produits des secteurs du luxe et de la beauté connaissent un rebond rapide dans le pays. À la fin du mois de mars, le nombre de visiteurs dans les magasins est remonté à 60% de la fréquentation relevée pendant la pandémie. Alors que les ventes de produits de luxe en Chine ont chuté de 80 à 90 % en janvier et février de cette année, elles ont augmenté d’environ 10 % par semaine depuis lors, et de meilleures performances ont été attendues en mai et en juin.

Le changement des habitudes des consommateurs chinois

La routine beauté des chinois a radicalement changé durant la pandémie : peu se maquillaient, car ils travaillaient et restaient chez eux, mais beaucoup ont maintenu voire doublé leur consommation de produits de soins de la peau (la demande pour ces produits étant stimulée par le port du masque et le lavage intensif des mains). En outre, selon le rapport Clean Beauty de Mintel, les consommatrices chinoises semblent accorder plus d’importance à la présence d’ingrédients “clean” (sûrs, non-toxiques et de qualité supérieure) dans la formulation de leurs produits depuis la pandémie. Selon le China Daily, l’époque des rouges à lèvres est révolue. Avec le masque, ce sont les produits qui mettent en valeur les yeux et les sourcils qui sont en vogue. Au premier trimestre 2020, les marques internationales présentes sur Tmall ont enregistré une croissance de 40 % des ventes d’eye-liners et d’ombres à paupières.

L’ère du live streaming

En Chine, le live streaming est devenu un canal permettant aux consommateurs d’explorer les tendances des produits et de recevoir des informations sur ces derniers, notamment dans l’industrie de la beauté. Selon une étude de Mintel, environ 14 % des clients ont déclaré que les vidéos en direct et de courte durée était le premier vecteur de choix lors de l’achat de produits de beauté et de soins intimes. Cependant l’achat est devenu moins impulsif qu’avant la crise du Covid19 ; 47 % des clientes interrogées, qui ont acheté des produits de beauté et de soins intimes par le biais du live streaming disent avoir acheté un produit dont ils avaient vraiment besoin.

Auparavant, cette pratique se faisait surtout avec l’intervention des leaders d’opinion influents (KOL – Key Opinion Leaders) et si leur aide est toujours déterminante, durant la pandémie les marques elles-mêmes sont devenues le fournisseur principal du live streaming. Depuis la pandémie, il est devenu important pour une marque de maintenir un fonctionnement normal et de communiquer avec les clientes. C’est pourquoi, les vendeurs, les maquilleurs, les consultants en beauté et même les propriétaires de magasins de cosmétiques, s’essaient à maintenir et intensifier leur engagement et leur communication avec leurs clients potentiels grâce au live streaming. Le fondateur de la marque chinoise de cosmétiques Linqingxuan a lui-même fait un live sur Taobao qui a été très bien accueilli. Selon Mintel, le personnel des magasins de cosmétiques est aussi influent dans l’industrie de la beauté que les KOL en termes de conversion des ventes.

“Acheter chinois” et l’envie d’aider les marques locales

La tendance à acheter chinois était déjà à la mode avant la crise sanitaire et n’a fait que se renforcer pendant et après. Ceci notamment grâce aux encouragements du gouvernement ainsi qu’au ressenti d’isolation et de stigmatisation résultant du sentiment anti-chinois qui s’est répandu dans le monde en raison du Covid19. Ainsi, de nombreux consommateurs ont boycotté les marques occidentales.

De plus, les acteurs locaux ont souvent une approche plus orientée vers leurs consommateurs, sont plus innovants et prêts à expérimenter de nouvelles technologies, tous des facteurs très appréciés par les chinois. Par exemple, Meitu, une entreprise chinoise de tech spécialisée dans la beauté, a mis au point un outil de Réalité Augmentée gratuit permettant de créer des effets de maquillage virtuels en une minute, outil qui a été utilisé pour booster les ventes des produits des produits cosmétiques chinois pendant la pandémie.

Ainsi, la pandémie a fortement impacté et sensiblement changé les habitudes des consommateurs chinois en matière de beauté, il est primoridal pour les marques françaises déjà présentes sur le marché chinois, et pour celles désireuses de s’y implanter de s’adapter rapidement à ces changements.

Télécharger ce dossier au format pdf

VVR International, spécialiste depuis 1999 du développement commercial et industriel en Chine, avec ses équipes en local, peut vous aider à saisir les nouvelles opportunités à (re)définir votre stratégie en tirant parti du pouvoir perturbateur du Covid19 afin de sécuriser et pérenniser votre développement en Chine.

VVR International répondra à vos interrogations afin de vous aider au mieux dans votre projet.
Contactez-nous !

Read More
Le potentiel de la télémédecine en Chine – Août 2020

En Chine, la répartition des ressources médicales de bonne qualité est extrêmement inégale.

En Chine, la répartition des ressources médicales de bonne qualité est extrêmement inégale. 72% des hôpitaux fournissant des soins de qualité supérieure selon la classification nationale sont situés sur la côte Est. Cette situation augmente considérablement la demande potentielle pour la télémédecine dans les régions du centre et de l’ouest. Celle-ci est également stimulée par le vieillissement de la population chinoise, 11,9% du pays avait plus de 65 ans en 2018.

L’EXPANSION DURANT LA PANDEMIE

En raison du COVID-19, le besoin urgent de prévention et de contrôle de l’épidémie a favorisé la construction de plateformes de télémédecine en Chine, 146 hôpitaux publics ont créé la leur entre janvier et avril 2020. La pandémie a accéléré le développement de la consultation en ligne à distance dans les hôpitaux avec un véritable diagnostic Internet orienté patient ainsi que l’élaboration de services de traitement. Auparavant, les plateformes existantes proposaient déjà des services de soins ambulatoires et de consultation en pneumonie en ligne mais la majeure partie des plateformes provenant d’hôpitaux publics restait au niveau de « l’hôpital digital » avec des services de base tels que l’inscription à l’hôpital, un système de queue en ligne ainsi que le paiement et la gestion des dossiers médicaux.

FOCUS : PINGAN GOOD DOCTOR

PingAn Good Doctor (dont la maison mère PingAn Health est valorisée à près de 9 milliards de $) est le leader des services de télémédecine en Chine. L’application offre des services de gestion de santé, des consultations en ligne, des recommandations et des rendez-vous hospitaliers. Le nombre d’utilisateurs actifs mensuels se situait à 13,4 millions de personnes en Janvier 2020 et a augmenté très rapidement jusqu’à 15,5 millions en Mars.

La concurrence locale se renforce néanmoins, autour de sociétés comme JD Health, WeDoctor, LinkDoc, Medlinker, DXY ou encore Miaoshou, dont la valorisation dépasse pour chacune le milliard de $. Ces sociétés, engagées dans une course à la croissance fondée sur l’innovation en matière de services, représentent potentiellement des partenaires de choix pour les innovateurs occidentaux du domaine.

En termes de répartition des utilisateurs de la plateforme, 38,9% sont localisés dans les nouvelles villes de premier rang où les besoins sont plus importants (comme Wuhan, Chongqing, Nankin, Tianjin et Hangzhou, etc.), alors que seulement 8,5% sont localisés dans les villes de premier rang traditionnel (Pékin, Shanghai, Canton, Shenzhen), mieux équipées en centres de soins de qualité supérieure. En ce qui concerne l’âge des utilisateurs, 36,1% d’entre eux ont entre 24 et 30 ans tandis que 12,3% ont plus de 40 ans.

Limitations et opportunités

L’économie de l’Internet est devenue un facteur important du développement économique de la Chine. Le taux de couverture du réseau 4G a atteint plus de 95% et le réseau 5G a été officiellement commercialisé. Les services de softwares, le cloud computing, le big data et d’autres industries se développent rapidement, jetant une bonne base technique pour la télémédecine qui devient de plus en plus reconnue par les patients. Ce développement est aussi soutenu par le gouvernement à travers diverses politiques introduites depuis 2009, dont plusieurs depuis le début de cette année.

Cependant, l’industrie de la télémédecine en Chine a encore quelques problèmes tels que des politiques de prix vagues et de grandes variations dans la nature et la qualité des soins d’un endroit à l’autre. En outre, certains symptômes ne peuvent être diagnostiqués que dans un cadre présentiel, laissant les prestataires de télémédecine vulnérables aux réclamations pour négligence.

Ainsi, au-delà de la télémédecine, selon une enquête menée par Bain & Company, en Mars 2020, les patients chinois sont beaucoup plus ouverts et les professionnels s’attendent à une utilisation accrue des services de santé numériques au cours des cinq prochaines années. Les sociétés de technologie médicale et les entreprises de logiciels en tant que services (software as a service – SaaS) sont bien placées pour s’associer à des prestataires de soins de santé hors ligne afin de passer à des modèles de prestation de soins de santé plus innovants entre entreprises et consommateurs.

Télécharger cette étude en PDF

Grâce à notre filiale VVR Medical proposant un panel complet de services d’accès au marché chinois aux innovateurs européens du monde de la santé, nous pouvons vous aider à saisir ces nouvelles opportunités afin de sécuriser et pérenniser votre développement en Chine.

VVR International répondra à vos interrogations afin de vous aider au mieux dans votre projet. Contactez-nous !

Read More
Situation du COVID-19 en Chine, point août 2020

Alors que les remous d’une seconde vague inquiètent l’Europe, la vie a déjà (presque) repris son cours normal en Chine…

En France, l’idée d’un reconfinement inquiète de plus en plus, en particulier dans les zones rouges que sont Paris et Marseille. Nice, Toulouse, Lille et Annecy, elles, ont instauré le port du masque obligatoire à l’intérieur comme à l’extérieur. 

En Chine, l’histoire est bien différente, il n’y a quasiment plus de cas depuis mai et on y retrouve un semblant de la vie d’avant la pandémie. 

VVR International a concocté un petit dossier de mise au point pour vous aider au mieux dans votre depart ou retour en Chine, VVR international a réalisé un dossier, spécial Covid-19, avec en particulier :

  • Un petit aperçu de la situation ;
  • La politique frontalière : qui peut revenir en Chine?  
  • La situation intérieure : la rentrée des classes, le retour à l’université, l’application de pass code santé pour se déplacer à l’intérieur du pays ainsi que la reprise économique ;
  • L’intervention du gouvernement chinois : les mesures anti-crises et les aides ;
  • Les opportunités à saisir dans certains secteurs prometteurs pour les exportateurs français.

Pour plus de détails, cliquez ici pour télécharger notre dossier.

Vous souhaitez développer vos activités en Chine ? Contactez-nous pour ne rien manquer des nouvelles opportunités dans votre secteur !

Read More
13 mars 2020 : situation de l’émergence du coronavirus Covid-19

L’activité en Chine reprend, les équipes de VVR peuvent agir pour vous car malheureusement vous ne pouvez envoyer vos équipes sur place pour assurer les actions en local.

En Chine l’activité reprend !
Nos équipes sont positionnées à Beijing, Shanghai et Guangzhou ; elles peuvent agir rapidement et sous votre contrôle.
Nous sommes à votre disposition pour étudier votre besoin.
Contactez-nous pour toute question.

Avertissement :

Le présent point de situation a été rédigé par VVR Medical, département santé humaine et technologies médicales de VVR International, à partir d’une compilation d’informations publiques et de données propriétaires recueillies directement auprès des professionnels impliqués dans la lutte contre cette émergence. Destiné exclusivement aux clients et partenaires du groupe VVR International, il est strictement confidentiel et ne peut ni être diffusé ni cité sous quelque forme que ce soit. En outre, il ne constitue en aucune circonstance un avis médical et ne peut se substituer ni aux réglementations locales, ni aux recommandations de l’OMS ou organismes équivalents.

➡ Etat actuel de l’émergence en Chine

➡ Situation dans le reste du monde

La situation de l’émergence dans le reste du monde a conduit les autorités chinoises à adopter, à compter de ce jour, des mesures de contrôle et de quarantaine des voyageurs en provenance des pays les plus durement touchés.

La liste de ces pays comprend désormais les huit pays suivants : Corée du Sud, Japon, Italie, Iran, France, Espagne, Allemagne et Etats-Unis. A compter du 13 mars, toutes les personnes, chinoises ou étrangères, ayant séjourné ou transité dans un de ces huit pays au cours des 14 jours précédant leur arrivée à Pékin, Canton, Shanghai ou tout autre port d’entrée, devront  observer une période de quarantaine de 14 jours à domicile ou dans un centre dédié (en pratique un établissement hôtelier ; prévoir dans ce cas des vêtements chauds, le chauffage étant susceptible d’être coupé pour raisons sanitaires).

Cependant il existe des dispositions spécifiques à la municipalité de Shanghai : ainsi, les voyageurs d’affaires en provenance de ces huit pays, s’ils se rendent à Shanghai pour un court séjour (inférieur à une semaine) et peuvent justifier d’un itinéraire de visite  professionnelle précis, seront conduits dans un hôtel désigné pour y subir un test d’acide nucléique. Les formalités d’immigration et l’obtention du résultat de ce test sont susceptibles de durer jusqu’à 24 voire 36 heures, sans liberté de mouvement dans cet intervalle. Si le test d’acide nucléique s’avère négatif, ils seront autorisés à mener leurs activités prévues en se soumettant à un contrôle de santé quotidien, incluant notamment une prise de température.

➡ Situation intérieure

Le nombre de décès quotidiens (~30) reste bas et stable i.e. au niveau du 26 février, date à laquelle les modalités thérapeutiques utilisées de façon compassionnelle par les médecins en première ligne ont commencé à obtenir des résultats satisfaisants. En pratique, décèdent majoritairement les patients non éligibles à ces options thérapeutiques du fait d’un état général trop faible, de contre-indications ou traitements incompatibles, ou encore d’une impossibilité d’absorber un médicament par voie orale.

A ce sujet, rappelons que le Ministère de la Santé a publié le 4 mars 2020 une mise à jour (version 7) de la « Notification portant sur le diagnostic et le traitement des pneumonies à Covid-19 », de portée nationale, et que cette notification a été transmise aux 100.000 hôpitaux du pays pour action immédiate. Ledit document inclut une description détaillée des posologies conseillées, dont voici le texte d’origine :
Les options thérapeutiques conseillées sont donc :
– Ribavirine + [interféron alpha ou lopinavir-ritonavir]
– Chloroquine phosphate
– Umifenovir, aussi dénommé Arbidol (médicament non disponible en Europe occidentale ni aux USA, mais d’usage courant – sans ordonnance – en Russie et en Chine).

En outre, la reprise de l’activité et le retour à la normale s‘amplifient. Les restrictions précédemment en vigueur, telles que l’interdiction des visites domiciliaires, sont levées. Les centres commerciaux ont tous réouvert et leur fréquentation redevient importante. La circulation urbaine, par exemple à Shanghai, a d’ailleurs retrouvé ses niveaux habituels. En revanche, tant pour les Chinois que pour les résidents étrangers, Pékin reste difficile d’accès, avec quarantaine de 14 jours imposée à tout nouvel entrant.

Read More
Le marché des cosmétiques en Chine : de belles perspectives pour les entreprises françaises

Le marché des cosmétiques est stable à l’échelle mondiale, mais connait en Chine une croissance forte et soutenue atteignant près de 9% en 2018. Aujourd’hui le marché chinois représente 12,8% du marché mondial.

Le marché des cosmétiques en Chine offre de grandes opportunités pour les entreprises étrangères qui y exerce déjà une très forte domination à l’image du groupe américain P&G et du groupe français L’oréal qui détiennent respectivement 9,9% et 9,2% des parts de marché.

Plus largement, les cosmétiques de marques étrangères représentent 61,5% du marché chinois en volume de vente et 90% en valeur.

En 2018, la valeur des produits cosmétiques importés a connu une croissance de plus de 68% par rapport à 2018. Au sein de ce marché, la France est le troisième importateur de cosmétiques derrière la Corée et le Japon.

Néanmoins les marques françaises bénéficient de nombreux atouts pour s’y implanter et s’y développer. En effet elles jouissent d’une image positive due à la réputation du made in France associée au luxe, à la qualité et la sécurité qui leur confère un avantage concurrentiel sur le marché chinois.

L’intérêt croissant des chinois pour les produits innovants et naturels joue également en faveur des entreprises de cosmétiques françaises et des startups beauty tech.

Au sein du marché des cosmétiques chinois, le segment des soins concentre 50% des parts de marché et a généré plus de 25 milliards d’euro en 2018.

Le maquillage représente quant à lui 10% et 38,6% des achats sont des rouges à lèvre.

La routine beauté des chinoises accorde une attention particulière aux soins du visage avec une nette préférence pour les masques qui représentent à eux seuls 34,3% du marché des soins.

Le marché des cosmétiques masculins gagne en importance et s’éloigne du marché de niche pour devenir un segment de marché à part entière. Le produit phare reste encore le parfum mais de nouvelles habitudes émergent entrainant par exemple une forte croissance de la consommation de soins et de maquillage, crayon à sourcil et lipstick en tête.

L’organisation de la distribution des cosmétiques en Chine présente certaines spécificités. Jusqu’en 2010 la vente de cosmétiques s’effectuait quasiment exclusivement en boutiques ou centres commerciaux. Depuis, le e-commerce s’est rapidement développé pour s’imposer depuis 2018 canal de distribution privilégié des produits cosmétiques. Seuls les Cosmetic stores comme Sephora et les boutiques en propre ont su résister au déclin de la distribution via les canaux offline.

Le e-commerce domestique chinois est dominé par un nombre restreint d’acteurs parmi lesquels T-mall, JD.com ou encore VIP.com. Le volume des ventes de cosmétiques via T-mall représentait déjà 69% du marché du e-commerce des cosmétiques en 2016 et a connu depuis une croissance de plus de 150%… Le cross border est également un mode de distribution majeur qui a rassemblé en 2019 plus de 149 millions d’utilisateurs générant 1394 milliards d’euros de ventes. De nouveaux acteurs comme Wechat avec ses 1,1 milliards d’utilisateurs au premier trimestre 2019 ou Xiao Hong Shu connaissent un fort développement en Chine et représentent désormais un canal de distribution stratégique.

Avec une croissance générale de 50% entre 2017 et 2018, ces acteurs qui mêlent le e-commerce aux fonctionnalités classiques des réseaux sociaux (sharing, community building) offrent de nouvelles possibilités pour les marques. Ils permettent entre autres d’étendre son marché en touchant un publique de consommateurs plus jeune. Enfin, le marché chinois compte un certains nombres de canaux hybrides combinant le online et le offline : l’achat est par exemple préparé en ligne puis concrétisé en boutique.

La Chine représente déjà un marché porteur pour l’industrie cosmétique mondiale et la croissance soutenue du marché chinois assure la pérennité de cette tendance. Cet essor offre de grandes opportunités aux entreprises françaises. En adoptant la stratégie et le mode de distribution adaptés, elles pourront les saisir et s’implanter avec succès sur ce marché en pleine expansion.

Ce sujet a été évoqué par Chloé Berndt, notre experte VVR International, à l’occasion d’un webinair proposé en novembre 2019, “Portrait chinois du marché de la parfumerie cosmétique“, en partenariat avec la Cosmetic Valley.

Notre experte se tient à votre disposition si la question de la distribution des cosmétiques en Chine vous intéresse.

Read More
L’Epidémie de grippe porcine en Chine crée de nouvelles opportunités pour les éleveurs Européens

Le cheptel chinois comptait 400 millions de têtes. Ce cheptel est aujourd’hui décimé par la maladie et les abattages préventifs massifs

La Chine, leader mondial de la production de viande porcine, subit depuis des mois les ravages de la peste porcine africaine. Arrivée par la Russie au printemps 2018, cette maladie extrêmement contagieuse s’est rapidement étendue à l’ensemble du pays. Les premiers cas ont été constatés dès le mois de décembre dans la province du Sichuan au sud ouest du pays, première région productrice du pays.

Cette propagation fulgurante est due à l’importante concentration d’élevages: la Chine abrite la moitié de la population mondiale de porcs. L’ampleur de cette épidémie s’explique également par les défaillances sanitaires et l’inefficacité des mesures d’hygiène.

Le cheptel chinois comptait 400 millions de têtes et permettait chaque année la production de 55 millions de tonnes de viande soit près de 45% de la production mondiale. Ce cheptel est aujourd’hui décimé par la maladie et les abattages préventifs massifs ; cet aléa engendre une chute vertigineuse de la production chinoise.

Cette crise sanitaire sans précédent bouleverse le marché mondial de la viande de porc entrainant une envolée de son cours : un kilo s’échangeait 1,69 dollar en septembre soit 40% plus cher qu’en janvier. La Chine, premier consommateur de porc au monde, est contrainte de se tourner vers l’importation pour répondre à sa demande nationale.

Cette situation profite aux producteurs européens : l’UE enregistre une augmentation de plus de 30% du nombre de tonnes de porc exportées vers la Chine. L’épidémie de grippe porcine en Chine offre de belles perspectives pour les années à venir car cette hausse de la demande chinoise devrait se maintenir. En effet, la reconstitution du cheptel chinois décimé par la maladie exige la mise en place de mesures sanitaires de prévention dont la mise en place s’annonce longue et complexe.

De belles opportunités de développement en Chine s’offrent aux les éleveurs français !

VVR International et ses experts du secteur agroalimentaire accompagnent depuis plus de 20 ans les entreprises françaises et européennes dans la réalisation de leur projet d’exportation et de distribution en Chine.

Read More
UN AVENIR PROMETTEUR POUR LA GASTRONOMIE FRANCAISE

Un fort engouement pour la gastronomie française en Chine.

Le mois dernier s’est déroulé la cinquième édition de Goût de/Good France. Il s’agit d’une manifestation annuelle qui promeut la cuisine française à travers le monde. 5000 chefs y participent dans plus de 150 ambassades et consulats de France. En Chine, 50 restaurants ont pris part à l’événement. La gastronomie française connait un important engouement en Chine. De nombreux restaurants proposent une carte mettant à l’honneur la cuisine française. Plus encore, certains chefs exportent cette cuisine en Chine à travers des projets culturels : Le chef étoilé Christophe Dufossé, propriétaire de restaurants et hôtels en France ainsi que d’un établissement en Chine à Chengdu, projette d’ouvrir une école culinaire en Chine prochainement.

Le rayonnement de cette gastronomie est aussi facilité par l’ouverture de la Chine aux produits agroalimentaires français. Depuis juin 2018, la France est désormais autorisée à exporter, au côté du Brésil, de l’Uruguay et de l’Australie, de la viande bovine en Chine. Du fait de l’importante population et de l’augmentation du niveau de vie entrainant l’émergence d’une classe moyenne pouvant accéder aux produits alimentaires plus onéreux, la Chine est désormais deuxième importateur de viande bovine au monde dernière les Etats-Unis. Il s’agit en effet d’un marché conséquent puisque 7,9 tonnes de viande bovine ont été consommées en Chine en 2017.

Les produits de la mer font également partie de ces produits alimentaires dont la consommation en Chine ne cesse de croitre. Selon une étude de la Banque mondiale, la Chine devrait représenter à elle seule près de 38% de la consommation mondiale de produits de la mer en 2030. Ce marché en expansion présente de riches opportunités pour les producteurs français qui bénéficient en Chine d’une image positive. Au sein de ce marché, les huitres françaises ont par exemple de plus en plus de succès en Chine. D’après le service des douanes françaises l’exportation d’huîtres françaises en direction de la Chine est en augmentation, le volume a été multiplié par plus de deux pour passer de 991 tonnes en 2015 à 1950 tonnes en 2017. Les huîtres françaises sont désormais consommées en Chine. Certains restaurants comme le Get Holiday à Pékin en proposent à leurs clients.

L’exportation de ce type de produits vivants est possible grâce à la rapidité des transports, notamment aérien. Le China Daily explique que chaque Mardi et vendredi un avion chargé d’huîtres quitte la France pour la Chine. Une fois à l’aéroport de Guangzhou Baiyun International Airport, les huitres sont acheminées dans la journée dans les restaurants des grandes villes chinoises. A l’amélioration des réseaux de transport s’ajoutent l’assouplissement des législations et la facilitation des démarches administratives. Ces nombreux progrès répondent à une demande chinoise en hausse et favorisent l’exportation de produits frais ou même vivants français en Chine. Dès 2015 la Chine remplaça l’obligation d’agrégation délivrée par les autorités chinoises aux entreprises françaises souhaitant exporter par un agrément européen. Plus récemment, l’ouverture de son marché à l’ensemble des mollusques français s’inscrit aussi dans cette dynamique : cette autorisation globale met fin au traitement au cas par cas qui régissait auparavant les importations.

Dans le secteur de la volaille également, l’embargo en vigueur depuis la crise de la grippe aviaire de 2015 est levé depuis la visite de XI Jinping en France fin mars. Les produits français sont de nouveau autorisés à être exporter en Chine.

L’Agroalimentaire représente un secteur d’échange prometteur entre la France et la Chine, deux pays possédant une riche culture culinaire. Grâce à l’ouverture de la Chine aux importations de l’hexagone et aux évolutions des habitudes alimentaires, la Chine représente un territoire propice au rayonnement des produits et de la gastronomie française.

Read More
L’EMPIRE DE LA ROBOTIQUE

Subtitle

Le septième salon China Information Technology Expo s’est tenu du 9 au 11 avril 2019 à Shenzhen.  A l’occasion de ce salon qui rassemblait les leaders mondiaux des technologies, les visiteurs ont pu découvrir et essayer leurs nouveautés et innovations comme le robot  Youxiaomei du groupe Shenzhen Excellant Technologies qui leur a servi des tasses de thé. Bien que les exposants rassemblés soient de nationalités variées, cet événement fut une véritable vitrine des progrès de la Chine dans ce secteur.

 

En accord avec le plan « made in China 2025 » dont l’objectif est de faire de la Chine un pays leader dans l’industrie de pointe, les investissements sont colossaux dans la Recherche et Développement. En effet la Chine souhaite s’imposer dans le marché mondial des secteurs innovants et stratégiques. Elle a pour ambition d’exporter des technologies conçues et développées nationalement et ainsi rompre avec le rôle « de sous-traitant » qu’elle occupait jusqu’alors dans le commerce mondialisé. Ainsi le high tech est en voie de devenir moteur de l’économie chinoise. Le pays enregistre la plus forte croissance du monde dans le secteur de la robotique et devrait le dominer largement dans les prochaines années. Si la Fédération Internationale de Robotique (FIR) notait un retard de la Chine en 2013 au regard du nombre de robots par travailleur (25 unités pour 10 000 travailleurs), ses progrès ont été considérables puisqu’elle comptait en 2016, 68 robots pour travailleur 10 000. En 2018, 340 000 étaient employés dans les usines chinoises. Les entreprises dont l’activité est liée à la fabrication de robots se multiplient : en 2017 le pays en comptait déjà plus de 6500. Mais cet essor dans le secteur de la robotique ne concerne pas uniquement les entreprises chinoises, de nombreux groupes étrangers intéressés par la croissance de l’industrie robotique et les opportunités que présente le marché chinois installent des usines de production en Chine.

 

Dans le secteur des services, la robotique connait en Chine la croissance la plus importante grâce aux progrès de l’intelligence artificielle et devrait représenter un marché de plus de 2,9 milliards de dollar à l’horizon 2020. Le fort engouement des entreprises pour ces technologies répondant à la volonté de performance et de rentabilité contribue également au dynamisme du secteur.

Si le robot est cher à l’achat, il permet rapidement de réaliser des économies importantes et de gagner en efficacité. Les exemples d’utilisation dans le secteur des services chinoise sont nombreux. Ainsi, les restaurants Robot.He du groupe Alibaba emploient exclusivement des robots pour le service des repas permettant d’en augmenter la rapidité et réaliser des économies de personnels considérables. Les robots sont également impliqués dans les services de poste. Depuis 2016, ils effectuent le tri des colis pour l’un des opérateurs de courrier dominant du pays. Dans le domaine de la distribution, l’entreprise de e-commerce chinoise JD.com a largement recours à la robotisation. Elle possède en effet des entrepôts entièrement robotisés. Pour la livraison es commandes l’entreprise a aussi recours à des robots, drones ou véhicules autonomes. Ces technologies innovantes permettent au groupe d’accroître ses performances de ventes et de temps de livraison.  La robotisation s’étend également au domaine de la santé. Dans certains hôpitaux à Pékin ou Shanghai, ce sont des robots qui gèrent la réception : ils ont la capacité de répondre à des milliers de questions et de guider les patients jusqu’au service souhaité. Utilisé depuis mars 2018, le robot développé par le groupe chinois iFlytek est quant à lui capable d’identifier des maladies et réaliser des diagnostics.  Le secteur de l’éducation fait également une place à la robotique. En 2018 près de 600 écoles maternelles en Chine utilisaient l’assistant d’enseignement Keeko développé pour interagir avec les enfants.

Enfin dans le domaine de l’industrie, la Chine domine également le marché de la robotique. En 2016, le pays représentait 30% de celui-ci. La FIR prévoit qu’en 2020, la Chine utilisera 950 300 robots dans ses industries et en produira 150 000. Le pays est déjà leader dans l’achat et l’utilisation de robots et est en passe de le devenir également dans la conception et la production.

 

De la vie quotidienne à l’industrie, l’utilisation de robots est massive. On en prévoit près de 3 millions dans le monde en 2020 rien que dans le secteur de l’industrie. La part de la Chine dans le développement de la robotique est majeure. Cette importance croissante témoigne du changement de position du pays dans le marché international : jadis « atelier du monde », elle en est désormais un des leaders. Le progrès de la Chine dans le domaine des hautes technologies est à la hauteur de ses ambitions de développement industriel et de sa volonté d’étendre son influence dans les secteurs clés de l’économie mondiale.

Read More
LA PUISSANCE CHINOISE EN EUROPE

Le Président chinois Xi Jinping s’est rendu en Europe du 21 au 26 mars. De l’Italie à la France en passant par Monaco, ce voyage diplomatique fut l’occasion d’aborder avec ses homologues européens différents enjeux internationaux et de promouvoir son projet de Nouvelles routes de la soie.

L’Italie sur les nouvelles routes de la soie

Le voyage de Xi Jinping en Europe a débuté en l’Italie par la signature d’un protocole d’accords. Celui-ci comporte une série d’investissements répondant aux difficultés économiques dues au déficit de la dette souveraine et le manques d’investissements dans le pays. Par ces accords l’Italie souhaite relancer son économie, la Chine quant à elle poursuit en Europe son projet de Nouvelles routes de la soie initié en 2014. Celui-ci a pour objectif de développer un réseau d’infrastructures visant à favoriser les échanges commerciaux avec le reste du monde. Grâce à la modernisation des ports de Gênes et de Trieste, principaux ports de la péninsule, la Chine s’assure un accès privilégié à l’Europe. Malgré les investissements colossaux promis, la signature de ces accords n’a pas fait l’unanimité au sein du gouvernement italien. Washington a aussi fait part de ses inquiétudes face à l’avancée des Nouvelles routes de la soie en Europe. Au niveau européen également, ces accords divisent car, bien que non contraignants, l’Italie devient de fait un allié de la Chine. La Puissance asiatique pouvait déjà compter sur le Portugal et la Grèce pour défendre sa position au sein des négociations européennes. Elle dispose désormais de l’appui supplémentaire et de taille puisque l’Italie est un pays membre du G7 et fondateur de l’Union.

HUAWEI à la conquête du Rocher

Monaco fut la seconde destination du Président Xi Jinping.  Grâce au contrat signé en 2018 avec HUAWEI, la principauté devient le premier pays entièrement couvert en 5G. Le micro-Etat devient ainsi un appui stratégique de taille dans la promotion du réseau 5G du géant chinois des télécoms.

 

 

En France, la réciprocité au cœur des discussions

Pour clore son voyage européen, le président chinois s’est rendu en France. Les deux dirigeants ont salué la longévité et la prospérité des relations diplomatiques sino-françaises et évoqué les nombreux domaines de coopérations. A propos des relations internationales, la Chine et la France se rejoignent dans la volonté de défendre un multilatéralisme fort pour répondre aux enjeux internationaux. Concernant le commerce international, le président chinois a mis en avant l’intensification des échanges soulignant une augmentation de plus de 13 milliards de dollars en 5 ans du volume annuel du commerce. La Chine promet davantage d’ouverture et défend une mondialisation économique équilibrée aux bénéfices partagés. Elle promeut une augmentation de la coopération internationale en lien avec son projet de Nouvelles routes de la soie. Enfin elle invite les investisseurs français à prendre part au développement du pays en contrepartie d’une facilitation de l’accès au marché français pour les entreprises chinoises.  Le Président Emmanuel Macron demande quant à lui à la Puissance davantage de clarté et de montrer ainsi sa volonté d’adopter une ligne plus ferme concernant les relations commerciales et économiques avec cette dernière.

Cette visite fut également l’occasion de passer un certain nombre de contrats et d’accords commerciaux. Tout d’abord, la Chine a levé l’embargo sur la volaille française en place depuis la grippe aviaire de 2015, elle a aussi ouvert son marché à l’ensemble des mollusques français. Ensuite, l’entreprise chinoise China Aviation Supplies Holding Company a signé avec Airbus un contrat de 290 Airbus A320 et 10 A350. Ce contrat devrait profiter à l’ensemble des usines françaises et européennes d’Airbus puisque les A350 seront exclusivement fabriqués en Europe. La moitié des A320 seront tout de même assemblés à Tianjin en Chine mais l’assemblage ne représente qu’une infime partie du processus de fabrication. Pour répondre à cette commande Airbus va accélérer la cadence de la production industrielle. Dans le secteur de l’énergie, EDF a également passé un important contrat pour la construction d’éoliennes en mer. Du côté français, l’entreprise CMA CGM a acheté 10 porte-conteneurs à la Chine.

Les échanges ne se sont pas limités au commerce, le domaine de la culture fut également abordé puisqu’un centre Beaubourg devrait ouvrir à Shanghai. Concernant la recherche scientifique, un accord dans le domaine spatial a été signé.

Unir l’Union Européenne ?

L’Europe est un marché attirant pour la Chine. Depuis plusieurs années, elle développe ses relations avec les pays du continent. La mise en place de l’alliance “16+1” avec les pays d’Europe centrale témoigne de son intérêt pour l’Europe. Investisseur majeur de l’Allemagne, l’Angleterre la Franc ou la Hollande, la chine étant progressivement son influence économique. La Chine a également réalisé des investissements stratégiques importants dans certains pays de l’Union comme le port du Pirée en Grèce, ou le fournisseur d’électricité portugais. De plus les IDE chinois à destination des Balkans se multiplient. Le rachat du groupe Kuka fleuron de la robotique allemande avait attiré l’attention sur les transferts de technologie et la nécessité de mettre en place des règlementations concernant les investissements étrangers. En Allemagne comme en France, cette prise de conscience des risques que peuvent représenter ces investissements pour les secteurs stratégiques de l’industrie s’est accompagnée d’une série de mesures pour contrôler davantage les IDE. Cependant à l’échelle européenne, L’Union ne parvient pas à adopter une position unique concernant les relations commerciales avec la puissance chinoise. A l’image des accords passés avec l’Italie la Chine privilégie les relations bilatérales et profite des divisions européennes.

C’est dans ce contexte que, le mardi 26 mars, le Président chinois conclut son voyage en Europe par une rencontre avec Angela Merkel, Jean-Claude Junker et Emmanuel Macron à Paris. L’objectif des dirigeants européens est de présenter une Europe unifiée et d’adopter une stratégie cohérente afin de rééquilibrer les relations économiques avec la Chine.  Une ligne commune pourrait permettre à l’Union de peser face à la Chine qualifiée par la Commission européenne de « rivale systémique », et tirer parti de la guerre commerciale avec les États Unis en profitant de cette période d’incertitudes pour inciter la Chine à évoluer sur certains aspects de sa politique commerciale.

Read More