Category: Uncategorized

COURS DES MATIERES PREMIERES – MAI 2019

Ci-dessous, le cours des matières premières en Chine au cours des 6 derniers mois.

PRIX MENSUELS DU PLASTIQUE AU COURS DES 6 DERNIERS MOIS USD / TONNE

PRIX MENSUELS DU MÉTAL AU COURS DES 6 DERNIERS MOIS USD / TONNE

TAUX DE CHANGE MENSUELS RMB/EUR ET EUR/RMB AU COURS DES 6 DERNIERS MOIS

INDICE DE FRET CONTENEURISE DE SHANGHAI

Disponible en version PDF : Téléchargement Newsletter VVR 2019 MAY

Read More
UN AVENIR PROMETTEUR POUR LA GASTRONOMIE FRANCAISE

Un fort engouement pour la gastronomie française en Chine.

Le mois dernier s’est déroulé la cinquième édition de Goût de/Good France. Il s’agit d’une manifestation annuelle qui promeut la cuisine française à travers le monde. 5000 chefs y participent dans plus de 150 ambassades et consulats de France. En Chine, 50 restaurants ont pris part à l’événement. La gastronomie française connait un important engouement en Chine. De nombreux restaurants proposent une carte mettant à l’honneur la cuisine française. Plus encore, certains chefs exportent cette cuisine en Chine à travers des projets culturels : Le chef étoilé Christophe Dufossé, propriétaire de restaurants et hôtels en France ainsi que d’un établissement en Chine à Chengdu, projette d’ouvrir une école culinaire en Chine prochainement.

Le rayonnement de cette gastronomie est aussi facilité par l’ouverture de la Chine aux produits agroalimentaires français. Depuis juin 2018, la France est désormais autorisée à exporter, au côté du Brésil, de l’Uruguay et de l’Australie, de la viande bovine en Chine. Du fait de l’importante population et de l’augmentation du niveau de vie entrainant l’émergence d’une classe moyenne pouvant accéder aux produits alimentaires plus onéreux, la Chine est désormais deuxième importateur de viande bovine au monde dernière les Etats-Unis. Il s’agit en effet d’un marché conséquent puisque 7,9 tonnes de viande bovine ont été consommées en Chine en 2017.

Les produits de la mer font également partie de ces produits alimentaires dont la consommation en Chine ne cesse de croitre. Selon une étude de la Banque mondiale, la Chine devrait représenter à elle seule près de 38% de la consommation mondiale de produits de la mer en 2030. Ce marché en expansion présente de riches opportunités pour les producteurs français qui bénéficient en Chine d’une image positive. Au sein de ce marché, les huitres françaises ont par exemple de plus en plus de succès en Chine. D’après le service des douanes françaises l’exportation d’huîtres françaises en direction de la Chine est en augmentation, le volume a été multiplié par plus de deux pour passer de 991 tonnes en 2015 à 1950 tonnes en 2017. Les huîtres françaises sont désormais consommées en Chine. Certains restaurants comme le Get Holiday à Pékin en proposent à leurs clients.

L’exportation de ce type de produits vivants est possible grâce à la rapidité des transports, notamment aérien. Le China Daily explique que chaque Mardi et vendredi un avion chargé d’huîtres quitte la France pour la Chine. Une fois à l’aéroport de Guangzhou Baiyun International Airport, les huitres sont acheminées dans la journée dans les restaurants des grandes villes chinoises. A l’amélioration des réseaux de transport s’ajoutent l’assouplissement des législations et la facilitation des démarches administratives. Ces nombreux progrès répondent à une demande chinoise en hausse et favorisent l’exportation de produits frais ou même vivants français en Chine. Dès 2015 la Chine remplaça l’obligation d’agrégation délivrée par les autorités chinoises aux entreprises françaises souhaitant exporter par un agrément européen. Plus récemment, l’ouverture de son marché à l’ensemble des mollusques français s’inscrit aussi dans cette dynamique : cette autorisation globale met fin au traitement au cas par cas qui régissait auparavant les importations.

Dans le secteur de la volaille également, l’embargo en vigueur depuis la crise de la grippe aviaire de 2015 est levé depuis la visite de XI Jinping en France fin mars. Les produits français sont de nouveau autorisés à être exporter en Chine.

L’Agroalimentaire représente un secteur d’échange prometteur entre la France et la Chine, deux pays possédant une riche culture culinaire. Grâce à l’ouverture de la Chine aux importations de l’hexagone et aux évolutions des habitudes alimentaires, la Chine représente un territoire propice au rayonnement des produits et de la gastronomie française.

Read More
LA PUISSANCE CHINOISE EN EUROPE

Le Président chinois Xi Jinping s’est rendu en Europe du 21 au 26 mars. De l’Italie à la France en passant par Monaco, ce voyage diplomatique fut l’occasion d’aborder avec ses homologues européens différents enjeux internationaux et de promouvoir son projet de Nouvelles routes de la soie.

L’Italie sur les nouvelles routes de la soie

Le voyage de Xi Jinping en Europe a débuté en l’Italie par la signature d’un protocole d’accords. Celui-ci comporte une série d’investissements répondant aux difficultés économiques dues au déficit de la dette souveraine et le manques d’investissements dans le pays. Par ces accords l’Italie souhaite relancer son économie, la Chine quant à elle poursuit en Europe son projet de Nouvelles routes de la soie initié en 2014. Celui-ci a pour objectif de développer un réseau d’infrastructures visant à favoriser les échanges commerciaux avec le reste du monde. Grâce à la modernisation des ports de Gênes et de Trieste, principaux ports de la péninsule, la Chine s’assure un accès privilégié à l’Europe. Malgré les investissements colossaux promis, la signature de ces accords n’a pas fait l’unanimité au sein du gouvernement italien. Washington a aussi fait part de ses inquiétudes face à l’avancée des Nouvelles routes de la soie en Europe. Au niveau européen également, ces accords divisent car, bien que non contraignants, l’Italie devient de fait un allié de la Chine. La Puissance asiatique pouvait déjà compter sur le Portugal et la Grèce pour défendre sa position au sein des négociations européennes. Elle dispose désormais de l’appui supplémentaire et de taille puisque l’Italie est un pays membre du G7 et fondateur de l’Union.

HUAWEI à la conquête du Rocher

Monaco fut la seconde destination du Président Xi Jinping.  Grâce au contrat signé en 2018 avec HUAWEI, la principauté devient le premier pays entièrement couvert en 5G. Le micro-Etat devient ainsi un appui stratégique de taille dans la promotion du réseau 5G du géant chinois des télécoms.

 

 

En France, la réciprocité au cœur des discussions

Pour clore son voyage européen, le président chinois s’est rendu en France. Les deux dirigeants ont salué la longévité et la prospérité des relations diplomatiques sino-françaises et évoqué les nombreux domaines de coopérations. A propos des relations internationales, la Chine et la France se rejoignent dans la volonté de défendre un multilatéralisme fort pour répondre aux enjeux internationaux. Concernant le commerce international, le président chinois a mis en avant l’intensification des échanges soulignant une augmentation de plus de 13 milliards de dollars en 5 ans du volume annuel du commerce. La Chine promet davantage d’ouverture et défend une mondialisation économique équilibrée aux bénéfices partagés. Elle promeut une augmentation de la coopération internationale en lien avec son projet de Nouvelles routes de la soie. Enfin elle invite les investisseurs français à prendre part au développement du pays en contrepartie d’une facilitation de l’accès au marché français pour les entreprises chinoises.  Le Président Emmanuel Macron demande quant à lui à la Puissance davantage de clarté et de montrer ainsi sa volonté d’adopter une ligne plus ferme concernant les relations commerciales et économiques avec cette dernière.

Cette visite fut également l’occasion de passer un certain nombre de contrats et d’accords commerciaux. Tout d’abord, la Chine a levé l’embargo sur la volaille française en place depuis la grippe aviaire de 2015, elle a aussi ouvert son marché à l’ensemble des mollusques français. Ensuite, l’entreprise chinoise China Aviation Supplies Holding Company a signé avec Airbus un contrat de 290 Airbus A320 et 10 A350. Ce contrat devrait profiter à l’ensemble des usines françaises et européennes d’Airbus puisque les A350 seront exclusivement fabriqués en Europe. La moitié des A320 seront tout de même assemblés à Tianjin en Chine mais l’assemblage ne représente qu’une infime partie du processus de fabrication. Pour répondre à cette commande Airbus va accélérer la cadence de la production industrielle. Dans le secteur de l’énergie, EDF a également passé un important contrat pour la construction d’éoliennes en mer. Du côté français, l’entreprise CMA CGM a acheté 10 porte-conteneurs à la Chine.

Les échanges ne se sont pas limités au commerce, le domaine de la culture fut également abordé puisqu’un centre Beaubourg devrait ouvrir à Shanghai. Concernant la recherche scientifique, un accord dans le domaine spatial a été signé.

Unir l’Union Européenne ?

L’Europe est un marché attirant pour la Chine. Depuis plusieurs années, elle développe ses relations avec les pays du continent. La mise en place de l’alliance “16+1” avec les pays d’Europe centrale témoigne de son intérêt pour l’Europe. Investisseur majeur de l’Allemagne, l’Angleterre la Franc ou la Hollande, la chine étant progressivement son influence économique. La Chine a également réalisé des investissements stratégiques importants dans certains pays de l’Union comme le port du Pirée en Grèce, ou le fournisseur d’électricité portugais. De plus les IDE chinois à destination des Balkans se multiplient. Le rachat du groupe Kuka fleuron de la robotique allemande avait attiré l’attention sur les transferts de technologie et la nécessité de mettre en place des règlementations concernant les investissements étrangers. En Allemagne comme en France, cette prise de conscience des risques que peuvent représenter ces investissements pour les secteurs stratégiques de l’industrie s’est accompagnée d’une série de mesures pour contrôler davantage les IDE. Cependant à l’échelle européenne, L’Union ne parvient pas à adopter une position unique concernant les relations commerciales avec la puissance chinoise. A l’image des accords passés avec l’Italie la Chine privilégie les relations bilatérales et profite des divisions européennes.

C’est dans ce contexte que, le mardi 26 mars, le Président chinois conclut son voyage en Europe par une rencontre avec Angela Merkel, Jean-Claude Junker et Emmanuel Macron à Paris. L’objectif des dirigeants européens est de présenter une Europe unifiée et d’adopter une stratégie cohérente afin de rééquilibrer les relations économiques avec la Chine.  Une ligne commune pourrait permettre à l’Union de peser face à la Chine qualifiée par la Commission européenne de « rivale systémique », et tirer parti de la guerre commerciale avec les États Unis en profitant de cette période d’incertitudes pour inciter la Chine à évoluer sur certains aspects de sa politique commerciale.

Read More
L’ACTIVITÉ VVR INTERNATIONAL EN BREF

Bilan de l’année 2018 et perspective pour l’année 2019

Selon Camille Verchery, PDG de VVR International, « 2018 fut une année très intéressante qui a vu de nombreux projets aboutir. Sur le plan industriel, l’essentiel de l’activité de VVR International s’est concentré sur la négociation de partenariats stratégiques ainsi que sur l’accompagnement des négociations pour la création, l’organisation et le portage d’équipe qui vont suivre les projets et assurer le développement. Concernant le B to C, la mission centrale de VVR international fut d’aider les clients à comprendre la complexité du marché chinois de la mise en relation des canaux de distribution à la construction d’une équipe. »

Tout d’abord, à propos du Business to Business industriel, un retour en force des partenariats franco-chinois combinant équipements français et nécessité d’une industrialisation locale de tout ou partie de la production fut observé en 2018. Ce type de partenariat présente des difficultés pour les PME. « Le montage et la rentabilisation rapide sont autant de défis difficiles à relever pour une PME. Ensuite il s’agit d’organiser la distribution pour garantir un développement commercial réussi ». Pour imposer son produit sur le marché chinois, la réalisation d’un partenariat avec des distributeurs maîtrisant le type de produits et le réseau commercial est essentiel. Dans de nombreux secteurs comme dans le secteur pharmaceutique, aéronautique, ferroviaire ou nucléaire où la majorité des acteurs sont chinois, le partenariat est même indispensable. Néanmoins ces acteurs ont une capacité de production limitée. L’association de la compétence industrielle des PME françaises à la connaissance et la maîtrise du marché chinois de ces acteurs est une stratégie pertinente de développement qui profite à l’ensemble des parties. Fréquemment réalisés, ces partenariats parfois capitalistiques permettent une industrialisation locale des entreprises françaises et contribuent à la montée en compétence industrielle des acteurs chinois. « La mission de VVR est ici de veiller à la construction du business model de partenariat, au déroulement de la négociation ». Il s’agit d’une part de prévenir les risques de pillage technologique que pourraient courir les entreprises françaises. D’autre part il faut assurer au partenaire chinois chargé de la distribution un bénéfice durable. « Après la structuration du partenariat, VVR International joue un rôle central dans le recrutement de l’équipe adaptée aux ambitions du projet. Il s’agit alors de recruter une compétence technique mais aussi commerciale franco-chinoise qui va devoir très rapidement se déployer pour supporter et accompagner les différentes étapes du projet ».

A propos du Business to Consumer, la distribution de produits agroalimentaires, cosmétiques, compléments alimentaires, produits ménagers, décoration d’intérieur, en Chine occupe une place centrale dans l’activité de VVR International en 2018. Le réseau de distribution chinois est plus complexe qu’en Europe. En effet son organisation ne se limite pas à une simple dichotomie entre l’Offline et l’Online mais comporte davantage de ramifications. La vente Online est par exemple divisée en places de marchés auxquelles d’autres acteurs comme WeChat s’ajoutent et imposent des modèles de distribution alternatifs. « VVR International aide les entreprises à comprendre les canaux de distribution, définir une stratégie, monter une marque qui ne passe pas immédiatement par internet ». Effectivement si Internet semble parfois être le canal à privilégier pour commercialiser un produit rapidement et à moindre coût, il n’est pourtant pas toujours le canal de distribution le plus adapté au sein de ce réseau complexe. Son utilisation peut présenter des avantages, néanmoins le risque d’un succès éphémère entrainant une perte de crédibilité durable pour la marque est considérable. « Il faut considérer les réseaux Online comme un outil complexe à gérer, mais pas comme une solution. Sans Offline structuré et marketé, l’Online ne peut se développer de façon pérenne ». Une fois la stratégie de développement construite, les différents canaux de distribution déterminés et organisés, VVR International aide l’entreprise à choisir les acteurs appropriés. Au regard de l’éclatement du réseau de distribution chinois, une connaissance globale de son fonctionnement est impossible, le recours à des acteurs spécialisés dans chacun des canaux sélectionnés est indispensable. L’équipe chargée de superviser, de mettre en relation les différents acteurs et assurer l’unité marketing et l’unité de prix des produits distribués est ensuite sélectionnée.

 « De plus grâce au développement du département Talent Acquisition Services nous accompagnons nos clients dans le recrutement et la montée en compétence de leurs équipes. Pour cela VVR International a investi dans une licence de Labor dispatch et une licence de portage. Ces deux outils permettent de recruter légalement sans que nos clients aient besoin de posséder immédiatement leur propre structure en Chine pour porter le nouveau salarié ».

L’activité de VVR International sur l’année écoulée traduit la tendance de fond du marché chinois et met en avant ses nouveaux enjeux.  En accord avec les évolutions observées, l’activité de VVR International en 2018 s’est concentrée sur la compréhension des mécanismes du marché chinois, sur le diagnostic stratégique et l’accompagnement de l’implantation des PME et ETI françaises en Chine. Le partenariat réalisé avec la Région Nouvelle Aquitaine dans le domaine de l’implantation d’entreprises à l’étranger s’inscrit dans cette continuité. VVR International, ses nombreux autres partenaires et professionnels travaillent ensemble pour proposer des solutions et un accompagnement. En combinant la volonté de développement des entreprises françaises avec la réalité du marché chinois, ils assurent l’aboutissement de leurs projets. L’activité de l’année 2019 sera comparable à celle de l’année écoulée. Elle reposera donc principalement sur la négociation et le suivi de projet d’implantation pour produire et vendre localement ainsi que sur le développement de projet de distribution en Chine de produits agroalimentaires, de luxe, cosmétiques, médicaux fabriqués intégralement en France.  Un retour probable à davantage partenariats capitalistiques d’acquisition, moins nombreux en 2018, sera surement observé.

Title

Subtitle

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Read More